A Slower Pace
Travels

Rome, la majestueuse

Après avoir passé une semaine à Paris toute seule, j’étais très heureuse de voir des visages familiers! Je suis allée rejoindre une partie de ma famille à Rome pour une petite semaine à la fin du mois de septembre. Je rêvais de l’Italie depuis des années déjà. J’y rêvais d’y mettre les pieds pour l’amour et le respect que les Italiens ont envers la nourriture, pour leur langue qui résonne si doucement aux oreilles, pour leur température quasiment parfaite. Mes attentes étaient-elles élevées? Oui, plutôt, mais je n’ai pas été déçue!

Puisque je venais tout juste de quitter Paris, il m’était difficile de ne pas comparer les deux villes. Alors que Paris offre une beauté plus évidente, plus tape-à-l’œil, celle de Rome est plus brute, plus colorée. Cette particularité se retrouve également au sein des deux populations. Je dois admettre que les Italiens sont beaucoup plus chaleureux que les Parisiens. Ma petite comparaison s’arrête ici!

Rome est littéralement un musée à ciel ouvert. En ouvrant bien les yeux, vous verrez des monuments historiques pratiquement à tous les coins de rue (j’exagère à peine).

Je me suis posée beaucoup de question l’année dernière sur le sens de la vie, l’impact de nos actions et de nos choix à long terme. Certaines choses sont tellement éphémères, en fait tout l’est. Il y a quelque chose de rassurant à savoir que certains bâtiments résistent au temps, à la nature et aux êtres humains. Soulageant de constater que malgré les guerres et les différences de valeurs, certains lieux continuent à servir de recueillement et de paix. Ce sentiment d’appartenance est particulièrement vrai à Rome, selon moi.

 

Les voyages bousculent notre quotidien et ce fut le cas, tout particulièrement, pour celui-ci. À mon retour à Montréal, la ville me paraissait tellement simple et petite en comparaison à Paris et Rome. J’adore ma ville et je pense que Montréal a tellement de belles choses à offrir. Cela dit, j’ai depuis ce temps une grande envie de partir.

Cette envie est présente depuis plusieurs années déjà, mais elle a longtemps été coupée par la peur. La peur de perdre cette stabilité qui, pourtant, pourrait être bousculée en un instant.  Cet équilibre, je m’encourage à le bousculer cette année.  À réaliser les projets qui me trottent dans la tête depuis quelques semaines, quelques mois, et parfois même, quelques années. La peur et le jugement des autres ont trop longtemps guidé mes actions. J’ai longtemps eu la perception qu’il n’y avait qu’une seule façon de faire les choses. Cette façon de penser est tellement petite et destructive.

 

Rome, tu étais magnifique, merci de m’avoir ouvert les yeux.

Xx

You Might Also Like...

No Comments

Leave a Reply