A Slower Pace
Food & Drinks Lifestyle

Délicieuse recette de blondies et une réflexion sur le sport

Au départ, je voulais simplement vous partager cette délicieuse recette de blondies que j’ai pris le temps de préparer durant la fin de semaine. Je viens de commencer à bloguer, mais je pense beaucoup à la direction que je souhaite prendre avec ce beau projet. Quelle intention je souhaite adopter en vous partageant mon quotidien?


Il va sans dire, la cuisine occupe une grande place dans ma vie, mais il y a tellement d’autres choses qui me passionnent : la photographie, les voyages, la musique et le design pour ne nommer que ceux-ci. Les blogues qui m’interpellent sont ceux qui demeurent authentiques, qui nous racontent de vraies histoires. C’est d’ailleurs une des choses que je tenterai de faire ici. Je suis une personne cérébrale. Je réfléchis beaucoup. J’ose espérer ne pas être la même personne maintenant qu’il y a deux ans. Je n’aurais jamais la prétention d’être parfaite, mais je pense être une meilleure personne. Une personne plus sincère, plus présente pour ma famille et mes amis et une personne plus intègre avec ses valeurs. C’est pourquoi je souhaite que cet espace soit empreint d’honnêteté, qu’il devienne un lieu où je vous partagerai oui mes recettes, mais également mes réflexions, afin, je l’espère, à vous aider à vous faire sentir un peu moins seul. Nous avons tellement à apprendre l’un de l’autre.

Je vous le confirme, il y a effectivement un lien entre cette recette de blondies et le sport. Je me trompe peut-être, mais j’ai rarement rencontré une femme qui avait une relation parfaitement saine et équilibrée avec son corps. Heureusement, en vieillissant, je me rends effectivement compte que cette relation devient de plus en plus douce. C’est du moins vrai pour moi. Pourtant, ce ne fut pas toujours le cas.

J’ai eu dans le passé des problèmes de poids. Je n’emploie pas le mot anorexique, car ce mot ne doit pas être utilisé à la légère et, honnêtement, je ne crois pas en avoir souffert. Cela dit, il fut une époque où toutes mes journées étaient orientées vers la nourriture. La nourriture était littéralement devenue une obsession. Je ne faisais que penser à mon prochain repas. Je calculais exactement la nourriture que je pouvais manger et, surtout, la façon que j’allais m’y prendre pour la brûler. Au plus bas, je devais avoir perdu une vingtaine de livres, mais évidemment, cela n’était jamais assez. Si vous avez déjà été dans ce genre de situation, vous comprendre que le problème remonte beaucoup plus loin que les livres perdues. Tout est une question de contrôle. Je ne peux pas contrôler ma vie, alors au moins, je contrôlerai mon poids.

Je ne me souviens pas exactement à partir de quand le déclic s’est fait, il y a probablement une série de facteurs qui m’ont aidée à m’en sortir, mais tranquillement, j’ai cessé de voir la nourriture comme un ennemi. Tranquillement, la nourriture est devenue au contraire mon amie. Je dirais que depuis cinq ans, mon poids est stable. Je n’ai pas de balance chez moi, et je ne cherche pas à en avoir une. Je connais très bien mon corps et je suis parfaitement consciente lorsque je prends ou perds quelques livres. Se sentir bien dans son corps est tellement plus qu’une question de livres.

J’ai également intégré l’activité sportive à mon quotidien. J’ai essayé plusieurs sports, mais depuis trois ans, je me concentre principalement sur la course. Courir me permet d’éclaircir mes idées, parfois de réfléchir et parfois de ne penser à rien. Ce qui est un luxe pour moi. L’idée n’est pas de tomber dans l’excès non plus. La ligne peut être mince entre un entraînement sain et un entraînement excessif. Je dirais que je cherche encore, par moments, cet équilibre. Pour pouvoir se dépasser, il faut offrir à notre corps des moments de repos. Ce n’est pas toujours évident pour moi de l’admettre.

J’ai commencé il y a quelques mois à pratiquer le yoga. J’en fais quelques fois par semaine, à la maison. Je ne cherche pas à devenir meilleure, mais simplement à réussir à me concentrer sur le moment présent, à détendre mes muscles. Pour les intéressés, je vous invite à consulter la page YouTube de Lesley Fightmaster. Un bijou.

Le sport me permet également de manger, sans culpabilité des desserts. Je n’ai pas de honte à l’admettre. J’ai la dent sucrée et après une longue course, je me récompense parfois en mangeant un délicieux gâteau. Ce fut le cas dimanche. Je vous partage cette recette de blondies dénichée sur le blogue de Cup of Jo.

 

•••

Ingrédients

  • 1 tasse de beurre
  • 2 tasses de cassonade
  • 2 œufs
  • 1 cuillère à soupe de vanille
  • 2 tasses de farine
  • 1 1/2 cuillère à table de poudre à pâte
  • 1/4 cuillère à thé de sel
  • 2 tasses de pépites de chocolat
  • 1 tasse de nutella
  • Gros sel

Chauffez le four à 350F. Beurrez et farinez un moule de 22 x 22 centimètres. Réservez

À feu doux, faire fondre le beurre. Tranquillement, le beurre commencera à pétiller. Brassez constamment. Lorsqu’une légère odeur de noisette embaume votre cuisine, il est temps de le retirer du feu. Versez dans un bol et faites-le refroidir durant une quinzaine de minutes. Il est important de respecter cette étape! 

À l’aide d’un robot culinaire, mélangez le beurre et la cassonade. Ajoutez un à un les oeufs et la vanille. Mélangez environ cinq minutes jusqu’à temps que le mélange devienne léger et crémeux.

Ajoutez tranquillement la farine, la poudre à pâte, le sel et 1 1/2 tasse de pépites de chocolat.

Versez la moitié du mélange dans le moule préalablement beurré. Ajoutez ensuite le nutella. Étendre uniformément la pâte à l’aide d’une spatule.

Ajoutez ensuite l’autre moitié du mélange. Saupoudrez le restant des pépites (1/2 tasse) et quelques gros grains de sel.

Cuire au four de 23 à 27 minutes.

Laissez refroidir 20 minutes et coupez les blondies!

Ils combleront définitivement vos rages de sucre. 🙂

Xx

You Might Also Like...

No Comments

Leave a Reply